Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
A Ab Aba Abcè Abcé Abdo Abdomi Abdu Abio Ablu Abor Abou Abra Abru Abréviations Abso Aca Acan Acanth Acar Acat Ace Acep Acet Ach Ache Achi Achl Achlor Acho Achr Achro Aché Acid Acin Acné Acor Acou Acro Acti Actin Actino Acu Acui Acum Acup Acya Acyl Acys Acép Acét Adac Addi Addu Adia Adip Adré Adrén Adyn Adén Affe Affé Agal Agas Aggl Agglut Agna Agno Agom Agor Agra Agry Agén Aine Aire Akin Alal Albi Albu Alca Alco Alcool Aldo Aldé Alec Aleu Alex Alg Algh Algi Algo Algé Alit Alle Allerg Allo Allè Allé Alog Alop Alph Alpha Alvé Alvéol Alym Amar Amau Amb Ambi Ambl Ambly Ami Amib Amid Amido Amim Amin Amit Ammo Amni Amné Amon Amor Amph Amphi Ampho Ampo Ampu Ampull Amy Amyc Amyg Amygda Amyl Amyo Amyx Amyè Amyé Amœb Amèl Amél Amét An Ana Anab Anad Anal Anam Anap Anas Anat Anaé Andr Ane Anen Aner Anes Aneu Ang Angi Angin Ango Angé Anh Anhi Anhy Anhé Anis Anit Anky Ankyl Anne Annu Anod Anom Anop Anor Anos Anot Anov Anox Ant Anta Anth Anthra Anthro Anti Antr Anté Anur Anus Anxi Anœs Ané Anéc Aném Anér Anév Anévri Aort Ap Apat Apep Apex Aph Apha Aphi Apho Apht Aphy Apic Apip Apl Apla Apn Apo Apod Apol Apon Apop Appa Appe Append Appé Apr Apra Apro Apy Apyr Aqua Aque Arac Arachn Arch Arno Arom Arth Arthr Artè Arté Artéri Ary Aryt Arytén Aréf Aréo Asci Asep Asex Asia Aspe Asph Asta Asth Asthm Asti Astr Astro Asym Asyn Asys Atax Athr Athy Athé Athér Aton Atop Atri Atro Atré Atti Attic Atyp Atél Audi Auri Auti Auto Avol Avul Ax Axia Axil Axis Axon Axoï Azog Azop Azor Azos Azot Azym Aér Aéra Aéro alph
Allergisation
Immunologie allergologie - N. f. Du latin atio, ationis [-isation], suffixe nominal, qui transforme une racine en nom. Mécanisme de l'allergisation : quand une substance étrangère ( allergène) encore appelée antigène, pénètre pour la première fois dans un organisme, elle provoque la fabrication d'anticorps spécifiques.

La cellule spécialisée en la matière est le lymphocyte B, qui est "commandé" par le lymphocyte T Helper (appelé T4) . Ce lymphocyte T4 a lui-même reçu toute son information de l'antigène étranger. En fonction de cette information, le lymphocyte T4 peut devenir soit un TH1 (s'il a été activé par des bactéries, virus, etc...), soit un TH2 (s'il a été activé par des parasites ou des allergènes). Les interleukines, produites par les lymphocytes, sont de véritables messagers échangés entre les cellules impliquées dans la réaction immunitaire. Une de ces interleukines de la voie TH2 est l'interleukine 4. C'est elle, en particulier, qui stimule la fabrication d'IgE spécifiques.

Les macrophages alvéolaires, les mastocytes et les polynucléaires basophiles, sont parmi les rares cellules de la muqueuse des bronches, à posséder à leur surface des récepteurs aux IgE. Ces IgE vont aller s'y planter comme des étendards et les sensibiliser. Lors d'un contact ultérieur avec l'antigène étranger, celui-ci s’accole directement avec deux IgE formant comme un pont entre elles. Il se produit alors la dégranulation des macrophages alvéolaires, mastocytes et des polynucléaires basophiles. Une vingtaine de médiateurs chimiques seront libérés dans les espaces intercellulaires. Dix à quinze minutes après que l'on ait respiré l'allergène, la crise d'asthme survient : les médiateurs libérés (histamine, prostaglandines, leucotriènes) produisent leurs effets : oedème, spasme et sécrétion dans les bronches, etc.… La crise se résout spontanément en deux heures à six heures.

En fonction de l'allergène et de la personne, il peut y avoir des conséquences retardées dans les 6, 12 ou 24 heures qui vont suivre. Cette phase tardive est la conséquence d'un autre type de réaction.

Certaines cellules circulant dans le sang (éosinophiles, etc...) sont attirées vers les poumons par les médiateurs chimiques libérés au site de l'inflammation. Le passage de ces cellules est d'ailleurs facilité par des transformations opérées au niveau de la paroi des vaisseaux sanguins.

En effet, sous l'influence des médiateurs chimiques, les cellules endothéliales, qui tapissent les vaisseaux, acquièrent des "molécules d'adhésion", d'énormes "crochets" : résultat, ces cellules circulantes sont arrêtées et passent vers le lieu des réactions inflammatoires. Les éosinophiles, alors sur place, libèrent des produits toxiques, des sortes "d'enzymes gloutons" capables d’entraîner une abrasion de l'épithélium. Ceci accroît encore la réaction inflammatoire locale et le bronchospasme.

© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | App Privacy Policy | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2018 Medicopedia Powered by JIMaroc