Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abréviations S Sac Sacc Sacchar Sacr Sain Salm Salmonell Salp Salping San Sana Sang Sani Saph Sarc Scap Scapul Scar Schi Schist Schiz Scia Scie Science Scin Scint Scis Sclé Sclér Scol Scolio Scop Scot Seb Sebo Segm Segment Sept Septic Shif Sial Sibu Sidé Sidéro Sigmoïd Sign Signe de Sinu Sinus Siro Siru Sixi Soci Sodi Solu Solv Soma Somato Somi Soph Soud Sous Span Spas Spasm Spec Sper Sperm Sphi Sphinctér Sphy Sphygm Sphè Sphé Spin Spir Spiro Spla Splanchno Splé Splén Spon Spondyl Stad Stag Stap Staphyl Stapéd Stas Stat Sten Ster Sterco Stom Stre Strepto Stro Stéa Stéat Stén Sténo Stér Stéril Stérol Stéroïd Stéréo Sub Subi Subl Subs Suc Sudo Sudor Sueu Sueur Sui Suic Sulc Suns Supe Supr Supra Sur Sura Surc Surd Surf Suri Surj Surn Suro Surp Surr Surs Sus Sym Symb Symp Sympath Syn Syna Sync Synd Syndesm Syndrome Syne Syno Synovi Synt Syné Syph Syphil Syri Syring Syst Séba Sébo Sémi Sémio Sémé Séne Sér Séro Séru
STURGE William Allen
Biographie Médecin anglais né en 1850 à Bristol (Angleterre), mort en 1919. Entré à l'École de Médecine de Bristol en 1868, il a également travaillé à l'Hôpital Général de Bristol. Négligeant sa santé au profit de son travail, il est atteint de diphtérie en juin 1869. Après sa guérison, il reprend ses études et réussit l'Examen Fondamental du Collège de Chirurgiens en 1870. Rentré à Londres en 1871 pour poursuivre ses études, il est atteint d'une nouvelle crise de rhumatismes articulaires, il est obligé de s'arrêter pendant deux ans et en profite pour séjourner en Égypte. Puis il reprend ses études et obtient son doctorat de médecine à Londres en 1875. En 1876 et 1877 il se rend à Paris pour y étudier la neurologie auprès de Charcot dans la clinique de la Salpetrière. William n'a pas limité ses études à neurologie. Il a travaillé dans pathologie générale et en médecine et a suivi attentivement l'entraînement de Fornier. C'est à Paris qu'il a rencontré sa femme, Emily Bovell qui était aussi médecin. Ils se sont mariés en septembre 1877 et sont revenus à Londres pour travailler ensemble. Il a été nommé médecin et pathologiste à l'Hôpital Libre Royal, et conférencier à l'École de Médecine des Femmes. Son épouse ayant développé une tuberculose, le couple a déménagé à Nice en France pour vivre dans un climat plus doux. Là ils ont installé un cabinet pour des Anglais riches et célèbres et des visiteurs américains. En même temps, STURGE soignait la Reine Victoria et sa famille. Reconnaissante pour ses services, la Reine Victoria lui a accordé de nombreux cadeaux et une décoration réservée aux personnes ayant rendu service à la Famille Royale. William Sturge est resté à Nice pendant 27 ans. Sa femme Emily Bovell est morte en 1885, à 40 ans. L'année suivante William s'est marié avec Julia Sherriff qui était son infirmière à Nice. Pendant les fortes chaleurs de l'été, ils partaient en vacances et c'est pendant cette période que Sturge a développé une véritable passion pour l'archéologie. Le nom du Dr. Sturge est associé avec le syndrome largement connu - syndrome Sturge-Weber. En 1879, Dr. Sturge a décrit le cas d'un malade qu'il a vu à l'âge de 6 ans ½. Cet enfant avait joui d'une bonne santé jusqu'à 6 mois. À cet âge elle a commencé à avoir des contractures sur côté de gauche de son corps. Plus tard les attaques sont devenues plus fortes mais l'enfant ne perdrait pas conscience. Avec le temps les contractures se sont étendues à l'autre côté et elle perdait conscience. Sturge a décrit avec précision les affections apparues sur le visage, le cuir chevelu et le dos du cou, ainsi que les pathologies ophtalmologiques Le Dr. Sturge été violemment critiqué par ses pairs quand il a présenté son cas à la Société Clinique à Londres le 18 avril 1879, mais il a maintenu que le déficit neurologique du malade avait pour origine une lésion de la surface du même côté du cerveau. Ce n'est qu'en 1901 que S. Kalischer a fourni une preuve pathologique d'une telle association. Les conclusions radiographiques ont été décrites en premier par l'anglais F. Parkes Weber en 1922 puis par l'argentin V. Dimitri en 1923. William Sturge a obtenu la médaille d'argent de la Société Royale de Médecine pour sa contribution à une meilleure compréhension des maladies musculaires (atrophies musculaires vertébrales).

© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | App Privacy Policy | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2018 Medicopedia Powered by JIMaroc