Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abréviations S Sac Sacc Sacchar Sacr Sain Salm Salmonell Salp Salping San Sana Sang Sani Saph Sarc Scap Scapul Scar Schi Schist Schiz Scia Scie Science Scin Scint Scis Sclé Sclér Scol Scolio Scop Scot Seb Sebo Segm Segment Sept Septic Shif Sial Sibu Sidé Sidéro Sigmoïd Sign Signe de Sinu Sinus Siro Siru Sixi Soci Sodi Solu Solv Soma Somato Somi Soph Soud Sous Span Spas Spasm Spec Sper Sperm Sphi Sphinctér Sphy Sphygm Sphè Sphé Spin Spir Spiro Spla Splanchno Splé Splén Spon Spondyl Stad Stag Stap Staphyl Stapéd Stas Stat Sten Ster Sterco Stom Stre Strepto Stro Stéa Stéat Stén Sténo Stér Stéril Stérol Stéroïd Stéréo Sub Subi Subl Subs Suc Sudo Sudor Sueu Sueur Sui Suic Sulc Suns Supe Supr Supra Sur Sura Surc Surd Surf Suri Surj Surn Suro Surp Surr Surs Sus Sym Symb Symp Sympath Syn Syna Sync Synd Syndesm Syndrome Syne Syno Synovi Synt Syné Syph Syphil Syri Syring Syst Séba Sébo Sémi Sémio Sémé Séne Sér Séro Séru
Sarcosinémie
Médecine biologique, urologie N. f. * sarco : du grec sarks, sarkos {sarc(o), -sarque}, chair ; * ine : du suffixe -in, -inal(e), -ine, -inine, servant à transformer un mot ou un adjectif en un autre mot ou substantif ; * émie : du grec haima, {-émie, héma-, hémat(o)-, hém(o)-} : relatif au sang. La sarcosine doit son nom au fait qu'elle a été découverte dans les muscles et ceci dès 1847 par l'allemand Justus von Liebig. C'est en 2008 (publication en février 2009) que Arul Chinnayian et Col. (Michigan - USA) ont montré que la sarcosine était présente dans l'urine de personnes atteintes d'un cancer de la prostate, mais pas chez celles qui ont un adénome prostatique bénin. Cette caractéristique permettrait donc, contrairement au PSA (antigène spécifique de la prostate - voir cette définition), de confirmer ou non l'existence d'un cancer, d'autant plus que la concentration de la sarcosine dans l'urine est directement proportionnelle avec le degré de gravité ou d'agressivité du cancer. Cette équipe de chercheurs a déterminé ainsi 6 molécules différentes, mais la sarcosine, produit du métabolisme de la choline puis de la glycine, se révèle de loin la plus intéressante pour ce diagnostic et aurait en plus un rôle déterminant dans l'évolution des cellules cancéreuses. En effet, un ajout de sarcosine dans des cultures de cellules saines de la prostate, les transforme rapidement en cellules cancéreuses. Autre avantage non négligeable de la sarcosine : son dosage dans l'urine est très facile. Si les tests et les études en cours confirment les espoirs des chercheurs, il est fort probable que, dans un avenir proche, la sarcosine trouve sa place dans la panoplie des tests de dépistage du cancer de la prostate, permettant en plus d'éviter peut-être les biopsies. La sarcosine a pour formule brute C3H7NO2. ou comme formule semi-développée CH3 - NH - CH2 - COOH. Elle est déjà dosée dans les laboratoires d'analyses biologiques et médicales, mais pour évaluer la quantité de créatinine dans le sang. * On fait agir une première enzyme, la créatinine amidohydrolase, sur la créatinine pour obtenir la créatine. * Cette molécule, sous l'action d'une autre enzyme, la créatine amidinohydrolase, se transforme en sarcosine et en urée. * Une dernière enzyme, la sarcosine-oxydase, va oxyder la sarcosine en glycine, formaldéhyde et peroxyde d'hydrogène H2O2. A partir de ces réactions enzymatiques, plusieurs méthodes de dosage existent. En voici 3 parmi les plus utilisées. 1. Méthode électrolytique : au niveau d'une électrode de platine, le peroxyde d'hydrogène est oxydé selon la réaction H2O2 ---> O2 (dioxygène) + 2 H+ (protons) + 2 e- (électrons). Un courant électrique se crée qui est mesurable et proportionnel à la quantité de créatinine présente dans l'échantillon sanguin à analyser. 2. Méthode colorimétrique enzymatique : on utilise un réactif (4-aminoantipyrine + TOPS ou N-Ethyl-N-sulfopropyl-m-toluidine) et une enzyme (peroxydase), qui vont produire de la teinture de quinonéimine proportionnellement à la quantité de créatinine de l'échantillon. 3. D'autres méthodes utilisent la spectrométrie, la spectrométrie de masse ou la spectrophotométrie (longueur d'onde principale ; environ 500 nm (nanomètres - 1 nm = 10-9 m). A noter enfin que la sarcosinémie est le teneur du sang en sarcosine.
© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2018 Medicopedia Powered by JIMaroc