Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abrév Abréviations R Rabi Rach Rachi Radi Radici Radicul Radio Rage Re Rech Reco Rect Recto Rein Repl Resp Rhab Rhabdo Rhin Rhiz Rhom Rhum Rhumat Rhume Ribo Ronch Ronf Rosa Rose Rosé Roug Rube Rubi Rubo Rubr Rubé Rug Ruga Rugi Rugo Rugu Réac Réaction Réan Réci Réfl Rén Réna Réni Réno Répl Réso Réti Réticul Rétin Rétr Rétro
Respiration manuelle
Médecine d'urgence, réanimation, cardiologie, pneumologie N. f. * respiration : du latin respiratio, respirare, de spirare {respirer, respiratoire, respirateur, respirable}, souffler, aspirer et rejeter l’air pour renouveler l’oxygène. Plus exactement : ventilation manuelle. Elle est pratiquée lorsque l'on a constaté, sur un patient, l'absence totale de respiration spontanée (voir cette définition) ou ventilation spontanée. A noter que dans le cadre des soins infirmiers, la ventilation manuelle a fait l'objet d'une loi : Article R 4311-14, Extrait du décret 2004-802 du 29/07/04 paru au J.O. Du 09/08/04 : "En l'absence d'un médecin, l'infirmier ou l'infirmière est habilité, après avoir reconnu une situation comme relevant de l'urgence ou de la détresse psychologique, à mettre en œuvre des protocoles de soins d'urgence, préalablement écrits, datés et signés par le médecin responsable. Dans ce cas, l'infirmier ou l'infirmière accomplit les actes conservatoires nécessaires jusqu'à l'intervention d'un médecin. Ces actes doivent obligatoirement faire l'objet de sa part d'un compte rendu écrit, daté, signé, remis au médecin et annexé au dossier du patient. En cas d'urgence et en dehors de la mise en œuvre du protocole, l'infirmier ou l'infirmière décide des gestes à pratiquer en attendant que puisse intervenir un médecin. Il prend toutes mesures en son pouvoir afin de diriger la personne vers la structure de soins la plus appropriée à son état." Parmi les techniques de ventilation manuelle, on distingue le bouche-à-bouche, le bouche-à-nez et la ventilation avec un masque. Dans tous les cas, la première chose à faire est de placer le patient en décubitus dorsal puis s'assurer que ses voies respiratoires sont libres, de faire le nécessaire si ce n'est pas le cas pour supprimer les liquides ou corps étrangers, puis de basculer doucement sa tête en arrière en élevant le menton. Il faut ensuite essayer de repérer, pendant 10 secondes un éventuel signe de ventilation spontanée : souffle, bruit respiratoire, mouvement de la cage thoracique ou de l'abdomen. Si aucun de ces signes n'est observé, appeler immédiatement (ou faire appeler) les secours et entreprendre sans tarder la ventilation manuelle qui consiste en 2 insufflations efficaces, c'est-à-dire qui permettront d'observer un soulèvement du thorax. * Bouche-à-bouche : agenouillé à côté de la tête du patient, boucher son nez avec une main (pouce et index), ouvrir légèrement sa bouche en tenant le menton avec l'autre main, inspirer sans excès et appliquer fortement sa bouche largement ouverte autour de celle du patient. Insuffler en 2 secondes environ. Se redresser pour laisser l'expiration se faire (la poitrine du patient s'affaisse) et recommencer une deuxième fois. * Bouche-à-nez : comme pour le bouche-à-bouche, mais une main sur le front pour maintenir la tête en arrière, l'autre fermant la bouche. L'insufflation se fait par le nez du patient. Si le patient ne réagit pas à ces 2 insufflations, observer attentivement pendant 7 à 10 secondes des signes de reprise de ventilation. Dans la négative, recommencer l'insufflation pendant environ une minute, à un rythme "naturel". Si aucune réaction ne se produit, vérifier le pouls carotidien du patient. S'il est absent, il faut commencer immédiatement la réanimation cardiopulmonaire.
© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | App Privacy Policy | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2018 Medicopedia Powered by JIMaroc