Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abrév Abréviations I Iatr Iatro Icht Ictu Ictè Idio Ili Ilio Iliu Ilé Iléo Immu Immun Immuno Impa Inap Inci Inco Incu Indi Indé Infa Infe Infl Infr Ingu Inhi Inno Inop Inos Inot Inse Inso Insu Insuli Inte Inter Into Intr Intra Intro Ion Ioni Iono Ipse Ipsi Ipso Ipsé Irid Iris Irit Isch Ischi Iso Isog Isot Isov Isth Ixod
Ictère hémolytique du nouveau-né
Hépatologie, médecine biologique, hématologie, néonatalité N. m. * ictère : du latin icterus, du grec ikteros, {ictér(o)-}, jaunisse ; * hémo : du grec haima, {-émie, héma-, hémat(o)-, hémo-} : relatif au sang ; * lytique : du grec lusis {lys(o)-, -lys, lysi-, -lyse, -lytique, -lysine}, dissolution. Les ictères du nouveau-né (les formes sont nombreuses) provoquent une coloration jaunâtre de la peau, des muqueuses et du blanc des yeux, résultat d'une accumulation de bilirubine dans le sang. Comme indiqué plus haut, la bilirubine est un pigment biliaire provenant de la destruction de l'hémoglobine, colorant des globules rouges. Ces ictères du nouveau-né sont relativement fréquents et, dans la plupart des cas, sans gravité. Il faut savoir que la production de bilirubine est environ deux fois plus importante chez le nouveau-né que chez l'adulte, tout simplement car ces cellules hépatiques (du foie) ne sont pas encore arrivées à une totale maturité et ne sont pas capables de conjuguer normalement la bilirubine, ni de l'éliminer en totalité. La bilirubine libre (donc non conjuguée à l'albumine) présente des taux supérieurs à la normale. Comme chez les adultes, on distingue donc des ictères à bilirubine libre (les plus fréquentes), ou à bilirubine conjuguée. Parmi les ictères à bilirubine libre, on distingue : * L'ictère simple du nouveau-né ou ictère physiologique est d'autant plus fréquent que le nouveau-né est prématuré, c'est-à-dire qu'il est directement en relation avec l'état de maturité des cellules hépatiques. Cette affection bénigne disparaît spontanément vers le dixième jour et cette disparition est marquée par une courte période pendant laquelle les urines sont fortement colorées en jaune. * L'ictère au lait maternel : comme son nom l'indique, c'est une substance (ou plusieurs) présente dans le lait maternel qui empêche la conjugaison de la bilirubine avec l'albumine. Il disparaît lui aussi spontanément quelques jours après l'arrêt de l'allaitement. * L'ictère hémolytique du nouveau-né a été beaucoup médiatisé, notamment grâce aux recherches immunologiques. Il résulte d'une incompatibilité rhésus (la mère est Rh- (ou D-) et son fœtus est Rh+. Dans ce cas, l'ictère apparaît immédiatement à la naissance et se traduit par une hémolyse (destruction des globules rouges), une hypertrophie de la rate et du foie. Ces risques sont aujourd'hui bien maîtrisés : on injecte aux mères qui viennent d'accoucher de leur premier enfant Rh+ des gammaglobulines anti Rh+. * Les ictères à bilirubine conjuguée sont bien plus rares et ont généralement pour cause une hépatite infectieuse ou virale, voir une obstruction des voies biliaires.
© Georges Dolisi

< vers le menu principal Politique de confidentialité | App Privacy Policy | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2018 Medicopedia Powered by JIMaroc