Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abrév Abréviations G Gala Galact Gamm Gamma Gamo Gamé Gamét Gang Gasp Gast Gastr Gaug Gaz Gazo Gel Gelé Geno Genu Genè Germ Gest Gingiv Gira Glan Gli Glia Glio Glob Glomér Glos Gloss Gluc Glyc Goit Gon Gona Goni Gono Grac Gracil Grad Gram Gran Granul Grap Gref Greffe Gril Grip Gripp Gros Gymn Gyn Gyna Gync Gyno Gyné Gyra Gyru Gène Gèno Géla Géli Gélo Gélu Géme Gén Géni Géno Géné Géri Géro
Goitre toxique
Endocrinologie et métabolismes, chirurgie générale N. m. * goitre : de l’ancien provençal goitron, du latin populaire gutturio ou du latin classique guttur, -uris, gorge, relatif à une hypertrophie thyroïdienne ; * toxique : du latin toxicum, du grec toxikon de toxon {tox(o)-, toxico-, -toxine, -toxoïde, -toxon}, arc (à cause des flèches empoisonnées), donc poison. Le goitre est le résultat d'une hypertrophie de la thyroïde, qui se traduit par une augmentation plus ou moins visible sur la face antérieure du cou. L'apparition d'un goitre est une pathologie extrêmement fréquente, surtout dans les régions continentales (Massif Central par ex.) où la déficit en iode est plus avéré et touche davantage les femmes que les hommes, les personnes âgées que les jeunes ; c'est le goitre endémique. Dans cette configuration, les personnes développent ce que l'on appelle un goitre épidémique ou goitre aigu. Pratiquement absent dans les régions maritimes et océaniques, le goitre peut aussi être familial, c'est-à-dire d'origine génétique. L'iode entre nécessairement dans la constitution des principales hormones thyroïdiennes, ce qui explique que sa carence produise un dysfonctionnement thyroïdien. On observe également un goitre dans la maladie de Basedow (maladie autoimmune de la thyroïde, décrite par le médecin allemand Karl von BASEDOW en 1840) : c'est le goitre basedowien. Les symptômes varient selon le type de fonctionnement de la thyroïde : * si les hormones thyroïdiennes sont produites en excès (Basedow par ex.) le malade présente un amaigrissement généralisé, des crises de tachycardie, des tremblements ; * en cas d'insuffisance hormonale (thyroïdite par ex.), la peau s'épaissit, le malade est souvent constipé, frileux. Dans certains cas, le goitre peut atteindre un tel volume qu'il provoque une dyspnée (gêne respiratoire), une dysphagie (difficultés lors de la déglutition), voire une dysphonie : difficulté pour parler avec changement du timbre de la voix, ainsi qu'une exophtalmie (les yeux semblent sortir des orbites). Les endocrinologues parlent alors de goitre exophtalmique L'examen de référence reste la scintigraphie qui a l'avantage de retracer le fonctionnement de la glande thyroïde, en plus de son étendue. A la palpation, le médecin recherche aussi la présence éventuelle de nodules. Le dosage des hormones thyroïdiennes donne également des indications indispensables sur l'état de la glande. A noter que l'on parle aussi de goitre toxique lorsque la thyroïde sécrète des hormones en quantités telles qu'elles perturbent complètement le fonctionnement général de l'organisme.
© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | App Privacy Policy | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2018 Medicopedia Powered by JIMaroc