Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abrév Abréviations G Gala Galact Gamm Gamma Gamo Gamé Gamét Gang Gasp Gast Gastr Gaug Gaz Gazo Gel Gelé Geno Genu Genè Germ Gest Gingiv Gira Glan Gli Glia Glio Glob Glomér Glos Gloss Gluc Glyc Goit Gon Gona Goni Gono Grac Gracil Grad Gram Gran Granul Grap Gref Greffe Gril Grip Gripp Gros Gymn Gyn Gyna Gync Gyno Gyné Gyra Gyru Gène Gèno Géla Géli Gélo Gélu Géme Gén Géni Géno Géné Géri Géro
Génique
Génétique, médecine biologique, recherche médicale Adj. * géno : du latin et du grec genesis, naissance, formation, qui engendre ; * ique : du grec eikôs {-ique, -(ic)ien, -ienne}, semblable, propre à, ou suffixe servant à transformer des substantifs en adjectifs ou en d’autres substantifs. Un gène est un fragment (une séquence) de la molécule d'ADN ou acide désoxyribonucléique (donc d'un chromosome) qui détermine la synthèse (on dit aussi qui code) dune protéine dans la cellule où il s'exprime. Seul ou avec d'autres gènes, il est donc responsable d'un caractère héréditaire. Dans le noyau, cette séquence d'ADN est d'abord transcrite en ARNm (acide ribonucléique messager). Ce brin d'ARNm quitte le noyau par les pores nucléaires, se dirige vers les ribosomes, organites du cytoplasme, où il permet l'assemblage des acides aminés en polypeptides. L'assemblage final des polypeptides en protéines est réalisé dans le réticulum endoplasmique, puis les protéines passent dans l'appareil de Golgi, sont incluses dans des vésicules pour être exportées vers une autre région de cette cellule ou vers d'autres cellules. Sur un gène, on distingue plusieurs régions : le promoteur précède la région codante, sur laquelle vient se fixer l'ARN polymérase (une enzyme qui va permettre l'accrochage ou polymérisation des acides aminés. Des séquences non codantes ou introns, alternent avec des séquences codantes ou exons. On sait aujourd'hui que l'homme possède environ 30 000 gènes (on annonçait 100 000 dans les années 80), constituant le génotype et que les gènes qui déterminent à eux seuls un caractère sont rares, la plupart de nos caractères étant déterminés par plusieurs gènes. Sur le chromosomes, les gènes sont situés à des emplacements bien précis que l'on nomme des locus (ou loci). Pour un gène donné, il existe plusieurs versions ou expressions que l'on appelle des allèles. Un exemple classiquement cité : le gène qui code la couleur des yeux. Les différentes couleurs (bleu, vert, brun ...) résultent toutes du même gène "couleur des yeux" mais d'allèles différents de ce gène. Si un individu a 2 allèles identiques sur ses 2 chromosomes, il est homozygote, si les 2 allèles sont différents, il est hétérozygote. Un gène allèle peut être dominant ou récessif. Il est dominant si à lui seul, il exprime le caractère (ou la maladie). Dans ce cas l'autre est forcément récessif et la transmission est dite à mode dominant. Si un parent est porteur d'un tel gène muté responsable d'une maladie, sur un chromosome non sexuel, tous ses enfants seront malades. La maladie est à transmission récessive si le parent est porteur d'un seul gène muté et si ce gène n'est pas dominant. Ce parent n'est pas malade mais porteur sain. L'enfant ne sera malade que s'il reçoit un tel gène muté de chacun de ses parents - une chance sur quatre.

© Georges Dolisi

< vers le menu principal Politique de confidentialité | App Privacy Policy | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2020 Medicopedia Powered by JIMaroc