Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abrév Abréviations F Fact Fang Fasc Fasci Fascic Faus Fer Fibr Fish Fist Fièvre Fiévr Fles Flex Fléc Foet Foie Foll Follic Fonc Fond Fong Font Fora Form Frac Frag Fric Fron Frot Fruc Fund Fung Furo Fœt Fébr Fém Fémur
Facteur Rh
Hématologie, immunologie allergologie, médecine biologique N. m. * facteur : du latin factor, de facere , faire ; * rhésus : du singe Rhésus dont le sang a permis la découverte de ce facteur. Notre organisme possède des antigènes qui vont permettre ou au contraire interdire toute transfusion sanguine ou transplantation d'organe, en fonction de ce que l'on appelle l'histocompatibilité. Sur nos cellules sans noyau (hématies ou globules rouges), des antigènes déterminent les groupes sanguins (système ABO et système Rhésus ou Rh), alors que sur toutes nos autres cellules (à noyau) d'autres protéines déterminent les groupes tissulaires, connus aussi sous le nom de système HLA (Human Leucocyte Antigen) - voir cette abréviation - ou CMH (complexe majeur d'histocompatibilité) - id -. Pour être exact, il vaut mieux parler de système Rhésus car les facteurs Rhésus sont relativement nombreux. En fait on n'en retient et on n'en détermine que 5, ceux qui sont susceptibles d'entraîner la formation d'anticorps lorsqu'ils sont transfusés à une personne qui ne possède pas ces antigènes. La découverte du facteur rhésus est due à des décès de nouveau-nés suite à des accidents hémolytiques succédant une transfusion sanguine. C'est en 1940 que Karl LANDSTEINER (biologiste américain d'origine autrichienne, né à Vienne en 1868, mort à New York en 1943) et Alexander WIENER (1907 - 1976), utilisant des hématies d'un singe macaque (Macacus rhesus), arrivent à immuniser un lapin. Dans le sérum de ce singe, ils mettent en évidence un anticorps actif, présent aussi chez 85% des humains, qu'ils nomment facteur rhésus. Les 85% des humains qui le possèdent sont Rh+, les 15% qui ne l'ont pas sont Rh-. Ce facteur rhésus est dû à un gène qui a 2 allèles : D et d. Les Rh+ qui ont le facteur Rh, donc l'antigène sur leurs hématies, sont DD ou Dd (D est l'allèle dominant, d est l'absence de ce gène), les autres sont dd (homozygotes récessifs). Par la suite, toujours en faisant des recherches sur le sang de femmes dont les fœtus avaient subi la maladie hémolytique du nouveau-né (incompatibilité fœto-maternelle), on a découvert d'autres gènes du système rhésus : le gène C (ou Rh'), le gène E (ou Rh''), le gène c (ou hr) le gène e. Aujourd'hui, les spécialistes ne sont pas tous d'accord, mais on tend vers les affirmations suivantes : il y aurait 3 marqueurs membranaires Rh sur les hématies : D ou rien noté d, C ou c, E ou e. Ces 3 marqueurs seraient dus à 3 gènes (en fait un complexe génique) situés sur des loci très proches les uns des autres sur un même chromosome (le n° 1) car ils se transmettent comme s'ils étaient liés. Et c'est par pure commodité que l'on parle aujourd'hui du gène Rh (sachant qu'il en désigne en fait 3). Une autre théorie est que le chromosome 1 porte 1 gène CcEe pour ceux qui sont Rh- et 2 gènes : D et CcEe pour ceux qui sont Rh+. Pour déterminer la présence ou non des antigènes rhésus sur les hématies d'un sujet, on utilise des anticorps qui ont la propriété de provoquer (en laboratoire), une hémoagglutination. Voici les plus fréquemment rencontrés : tableau ci-dessous Pour bien comprendre ce tableau, il faut savoir que : - L'allèle D est dominant et on ne cherche pas à savoir si le sujet est DD (soit l'allèle sur les 2 chromosomes de la paire n° 1 - sujet homozygote pour ce gène), ou Dd (allèle D sur un seul chromosome - sujet hétérozygote). Dans le génotype, on remplace donc parfois DD par D. car on ne sait pas si le sujet est homozygote ou hétérozygote. - Les allèles C et c sont codominants. Un sujet peut être homozygote pour l'un (CC) ou pour l'autre (cc) ou encore hétérozygote (Cc). - Il en est de même pour les allèles E et e. - La ligne surlignée en bleu correspond au cas le plus fréquent (environ 34% de la population). - L'écriture DCe//DcE signifie que le premier chromosome porte les allèles D, C et e (c'est le numérateur de la fraction) et que le deuxième chromosome (dénominateur) porte les gènes D, c et E.

© Georges Dolisi

< vers le menu principal Politique de confidentialité | App Privacy Policy | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2018 Medicopedia Powered by JIMaroc