Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abrév Abréviations C Cach Caco Cadh Cadu Caec Cail Cal Calc Calcan Calcul Call Camp Campt Cana Canc Cancer Cand Capi Capill Caps Carb Carc Carcin Card Cardi Cardio Carm Cart Cary Carè Caré Cata Cath Cato Caté Caus Cave Cavi Cavo Cavu Cein Cell Cellul Cent Cerv Cervic Cham Chei Chev Chik Chim Chimio Chir Chla Chlo Chlor Chol Chon Chondr Chor Chori Choré Chro Chrom Chroma Chromo Chry Chyl Chym Chéi Chéil Chél Chém Cinq Circ Cirr Cirs Clai Clar Clau Clav Clea Clim Clin Clit Clon Cléid Coag Coar Cobl Cocc Coch Cochlé Coda Code Codo Codé Coeli Col Coli Coll Colo Colp Coma Comp Comé Con Conc Cond Cong Coni Conj Conn Cons Cont Contra Contre Conv Coor Coph Copr Coqu Cord Corn Coro Corp Cort Cortic Cory Cost Coty Cox Coxa Coxo Cran Crani Cras Craw Cres Crev Cric Cris Crow Crue Cruo Crur Crya Crye Cryo Cryp Crypto Crân Créa Créat Crén Crép Cubi Cubit Cura Curc Cure Curi Cut Cyan Cycl Cyph Cyst Cyth Cyto Cœli Cœur Cæca Cæco Cæcu Céph Céphal Céré Cérébe Cérébr Côlo Côn Cône Côte
Cartilage articulaire
Anatomie, ostéologie, histologie, rhumatologie N. m. * cartilage : du latin cartilago, relatif au cartilage ; * articulaire : du latin articulus {articul(o)-, -articulaire}, articulation. Le cartilage articulaire ou cartilage hyalin ou cartilage de revêtement est un tissu blanc, nacré et élastique qui se trouve à l'extrémité des os, sur les surfaces qui constituent les articulations (genou, coude, poignet ...). Il joue un rôle mécanique dans la protection de l'os sous-chondral en diminuant les frottements et en répartissant les contraintes mécaniques. Ses principales propriétés sont une remarquable capacité d'amortissement et un très haut coefficient de glissement, encore augmenté par la présence de la synovie qui jour un rôle de lubrifiant. A noter que son coefficient de friction est inférieur à celui de la glace sur la glace. Ces cartilages articulaires sont d'autant plus épais que la charge subie par l'articulation est importante. A titre d'exemple, les cartilages articulaires du genou (sur le tibia et le fémur) ont une épaisseur de 7 millimètres, alors que ceux du poignet n'ont que 1 à 2 mm. Les cartilages articulaires présentent d'autres particularités remarquables : - Au niveau de la structure de surface : Elle a été progressivement mise en évidence dès la fin des années 60, avec le développement du microscope électronique. Les irrégularités ou ondulations que l'on y a découvertes ont été classées en 4 structures. Primaire : c'est le contours anatomique du cartilage. Secondaire : Ce sont des ondulations de 100 à 500 μm (microns ou micromètres), soit 0,1 à 0,5 mm. Tertiaire : ce sont des "hollows" ou dépressions, circulaires ou ovales, dans les creux de la structure secondaire. Ces dépressions ont 20 à 50 μm de diamètre et 0,5 à 2 μm de profondeur. Mises en évidence par RLIM (reflected light interference microscopy), on a constaté que ces structures varient en fonction de l'âge, notamment en ce qui concerne la taille. La densité des dépressions et ondulations tertiaires diminue avec l'âge, en même temps que leur diamètre s'agrandit. Entre les rides, la matrice apparaît dense et lisse, plus rarement granuleuse. Quaternaire : ce sont des "ridges", c'est-à-dire des stries ou rides, présentes à la surface des structures tertiaires. Elle serait le résultat d'une perte graduelle de matrice entre les chondrocytes. Pour bien comprendre le rôle de cette structure complexe, il faut se rappeler que le cartilage n'est pas irrigué (ni vaisseaux sanguins, ni vaisseaux lymphatiques). Il assure donc tous ses échanges, gazeux et nutritionnels avec le milieu extérieur, c'est-à-dire avec la synovie. Les structures secondaires à quaternaires augmentent considérablement la surface de contact entre le tissu cartilagineux et la synovie et favorise donc les échanges. Tout cela n'est pas sans rappeler la complication de la muqueuse intestinale : paroi --> valvules --> villosités --> microvillosités, qui en augmente considérablement la surface (jusqu'à 100 fois selon certains auteurs) et favorise ainsi les échanges avec le milieu intérieur. Dans le continuum "os - cartilage articulaire - synovie - cartilage articulaire - os", c'est le film de synovie qui est le lubrifiant et qui empêche tout contact entre les 2 cartilages articulaires. Par contre, cette augmentation de surface diminue la pression exercée sur une surface donnée et prolonge par conséquence la "durée de vie" du cartilage. - Au niveau de l'adhérence des cartilages articulaires : Il existe, entre les deux surfaces cartilagineuses d'une articulation, une légère dépression qui les maintient très proches l'une de l'autre, séparées uniquement par un film de synovie. C'est ce qui explique le claquement produit par les articulations des phalanges si l'on tire fortement sur les doigts, ou les bruits produits par notre colonne vertébrale quand on se fait manipuler par un rhumatologue. Pour les pathologies dues au vieillissement des cartilages, voir les pages "chondr(o)-" et "arthr(o)-".

© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | App Privacy Policy | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2018 Medicopedia Powered by JIMaroc