Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abrév Abréviations R Rabi Rach Rachi Radi Radici Radicul Radio Rage Re Rech Reco Rect Recto Rein Repl Resp Rhab Rhabdo Rhin Rhiz Rhom Rhum Rhumat Rhume Ribo Ronch Ronf Rosa Rose Rosé Roug Rube Rubi Rubo Rubr Rubé Rug Ruga Rugi Rugo Rugu Réac Réaction Réan Réci Réfl Rén Réna Réni Réno Répl Réso Réti Réticul Rétin Rétr Rétro
Rachicocaïnisation
Anesthésiologie réanimation, neurologie - N. f. * rachi : du grec rhakhis [rachi-, -rachie], axe et, par extension, colonne vertébrale ou liquide céphalorachidien ; * cocaïno : de l’espagnol coca [cocaïno-], désignant un arbuste du Pérou dont les feuilles ont une action stimulante et fournissent la cocaïne, anesthésique local ; * isation : du latin atio, ationis [-isation], suffixe nominal, qui transforme une racine en nom. En 1884 lorsqu'on découvrit les effets anesthésiques locaux de la cocaïne, on commença à mettre au point à Paris des techniques d'anesthésie locale et des infiltrations préconisées par Paul Reclus connurent un grand succès, plus que les anesthésies tronculaires. En 1899, Théodore Tuffier, à la suite de l'allemand Bier, procéda à la "rachicocaïnisation", c'est-à-dire à l'injection d'une solution de cocaïne lors d'une rachianesthésie (donc dans le LCR ou liquide céphalorachidien). Il en précise les règles d'administration, les complications et le mode d'action. Sicard dont le nom est associé à celui de Cathelin pour les anesthésies épidurales par voie caudale, avait travaillé en laboratoire sur les effets de l'administration intrathécale de nombreuses drogues dont la cocaïne mais aussi la morphine. Appliquée aux nerfs, cette technique de cocaïnisation est aussi connue sous le nom d'anesthésie de CORNING.
© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | App Privacy Policy | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2018 Medicopedia Powered by JIMaroc