Dictionnaire médical

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abréviations P Pach Paid Pala Palato Pali Palu Palud Pamp Pan Panc Pancréat Pans Papi Papill Par Para Pare Pari Paro Parv Paré Pate Patell Path Pauc Paus Pedi Pell Pelv Peps Pept Per Pert Pest Peti Pexi Phac Phaco Phag Phak Phal Phaq Phar Pharmaco Pharyngo Phas Phil Phim Phle Phlegmo Phlé Phlébo Phob Phor Phos Phosphato Phot Photo Phré Phréno Phti Phys Physio Phyt Phyto Phén Phéno Phéo Pian Pied Pigm Pila Pile Pili Pilo Pituito Pity Pityro Plac Placento Plas Plasmo Plat Platino Platy Pleu Pleuro Plur Plèv Pléi Pléio Pléo Plét Pneu Pneumo Pod Podo Poecilo Poikilo Poil Poli Polio Poll Pollaki Poly Pomm Pomp Ponc Pore Pori Poro Porp Porphyri Poso Post Pota Potasse Poto Pour Poïk Prem Pres Presby Pression Prim Primi Primo Pro Proc Proct Prod Produit Prof Prog Prom Pron Prop Pros Prostat Prot Protéin Prov Prox Proé Prur Prurig Prurit Pré Préc Prép Pseu Pseud Psit Pso Psoa Psor Psoï Psyc Psycho Pter Ptér Ptôs Ptôse Pub Pube Pubi Pubè Pulp Purp Purpura Pycn Pycno Pygo Pylo Pyo Pyod Pyog Pyoh Pyop Pyos Pyr Pyri Pyro Pyru Pyré Pyél Pyélo Pyém Pœci Péd Péda Pédi Pédo Péli Pére Péri pH
ProBNP
Cardiologie, médecine d'urgence, médecine biologique - Abrév. Brain natriuretic peptide. * Peptide natriurétique cérébral ; * peptide : du grec pepsis [peptide, peptidique], digestion ; composé naturel ou synthétique formé par l’union d’un nombre restreint d’acides aminés, unis par les liaisons peptidiques ; * natri : de natron, natrium, [natro-, natri], ancien nom du sodium ; * urétique : du grec oûron [uro-, urée, -urie, -urèse, -urétique], urine ; * cérébral : du fait de sa découverte dans le cerveau du porc (en 1998). Le BNP est un marqueur produit par les myocytes (cellules du muscle) des ventricules et notamment du ventricule gauche, lorsque le cœur subit une pression trop élevée et surtout dans l'insuffisance cardiaque. Ce peptide n'est pas spécifique d'une pathologie particulière, mais signale une souffrance cardiaque avant même qu'elle ne soit ressentie, d'où le grand intérêt de son dosage précoce, en particulier chez les sujets à risques. En réalité, les myocytes fabriquent un précurseur : le pré-proBNP, un peptide de 134 acides aminés (AA) qui se scinde très vite en proBNP (108 AA) et en un autre peptide de 26 AA appelé peptide signal. Le proBNP passe ensuite dans le sang et se scinde de nouveau en * un peptide actif de 32 AA : le BNP que l'on dose habituellement, * le NT-proBNP, forme inactive mais dont le dosage s'avère de plus en plus intéressant (NT signifie N terminal, c'est-à-dire qu'il y a un atome d'azote N à la fin de la molécule). Les valeurs dépendent des auteurs et des laboratoires, mais on peut schématiquement retenir les suivantes : la valeur normale est inférieure à 19 pg/mL de sang veineux (1 pg = 1 picogramme, soit 10-12 g ou 1 mille milliardième de gramme). Jusqu'à 80 à 100 pg/mL, pas de réelle insuffisance cardiaque : on parle de dyspnée (difficulté respiratoire) non cardiogénique (= qui n'est pas due à une pathologie cardiaque). De 100 à 400 pg/mL (on parle de seuil de positivité), des examens complémentaires sont indiqués, notamment échographie cardiaque, écho-Doppler, ECG, gaz du sang ... Au-delà de 400 à 500 (parfois plus de 950 !) l'insuffisance cardiaque est généralement avérée. Important : les valeurs normales du BNP sont normalement plus élevées chez les femmes, augmentent avec l'âge (25 à 39 pg/mL vers 60 ans, jusqu'à 60 voire davantage après 75 ans et plus) et dans certaines pathologies rénales, hépatiques (cirrhoses), hormonales (hyperthyroïdie).
© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | App Privacy Policy | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2018 Medicopedia Powered by JIMaroc