Dictionnaire médical


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abréviations Vac Vaccin Vacu Vagi Vago Vagu Vair Valg Valv Vara Vari Varu Vascu Vase Vaso Vect Vein Vent Ver Verg Verm Verr Vert Vess Vidé Vill Vira Viri Viro Viru Viré Visc Vita Vite Viti Vitr Vivi Voie Vole Volo Volé Vome Vomi Vomé Vulv Végé Véla Véli Vélo Véno Vési
Van BOGAERT Ludo
Biographie Cette biographie a été corrigée et complétée grâce à la bienveillante coopération de Monsieur Jean-Jacques MARTIN, Professeur Honoraire, Coordinateur scientifique de l’Institut Born-Bunge, Chef du département de neuropathologie et de microscopie électronique. Neurologue et neuropathologiste belge, Ludo Van BOGAERT est né le 25 mai 1897 à Anvers, et y est mort le 4 mars 1989. Fils d'un médecin d'Anvers, il a reçu son instruction au Collège Notre - Dame dans sa ville natale puis à Gand. En 1914, sa famille quitte la Belgique pour la Hollande. Il commence ses études médicales à l'Université d'Utrecht. À l'âge de 18 ans, il passe en Angleterre et rejoint l'armée belge par Dieppe. Il est engagé volontaire dans l'armée belge et incorporé dans le régiment du 12me de Ligne. Il est blessé à deux reprises, la deuxième fois à la colonne vertébrale avec une concussion de la moelle épinière qui provoque une paralysie transitoire des membres inférieurs. Il devient adjudant, fait l'objet d'une citation et est promu sous-lieutenant. Il est intégré dans la compagnie universitaire et reprend ses études de médecine en 1919, cette fois à l'Université Libre de Bruxelles (ULB). Il est diplômé docteur en médecine, chirurgie et accouchements avec la plus grande distinction en 1922. Il passe ensuite une dizaine de mois à Paris et travaille comme assistant étranger de la Faculté de Médecine de Paris avec Pierre Marie (1853-1940) à la Salpêtrière, et à Hôpital de la Charité avec Marcel Labbé, où il acquiert son expérience de neurologue et de neuropathologiste. Il suit aussi les démonstrations de Charles Foix et de Joseph Babinski. De retour à Anvers, Ludo Van Bogaert entame une consultation privée, remplace un collègue à l'hôpital St Elizabeth puis devient médecin-auxilliaire à l'Hôpital Stuivenberg. De 1934 à 1949, il est chef du service de Médecine Interne du même hôpital. Entre-temps, il a présenté un doctorat spécial en sciences médicales à l'ULB, consacré à la sclérose latérale amyotrophique avec une leçon publique sur les rapports de l'architecture cérébrale avec la neurologie et la psychiatrie. Il devient agrégé de la Faculté de Médecine de l'ULB, effectue de nombreux séjours dans divers laboratoires de neuropathologie (entre autres chez C. von Economo à Vienne et W. Spielmeyer à Munich). Il créé aussi un laboratoire d'histologie du système nerveux dans les caves de l'hôpital Stuivenberg. Il devient chef du service de Médecine Interne et de Neurologie à l'Institut Bunge créé en 1934 et y transfère son laboratoire de neuropathologie. Pendant la seconde guerre mondiale, Van Bogaert a conservé des contacts scientifiques épistolaires avec des collègues en France et en Allemagne. Pendant l'occupation allemande de la Belgique, il a pu, grâce à Hugo Spatz (1888 - 1969), éviter la fermeture de l'Institut Bunge. Contrairement à ce qui a pu être écrit, il n'a jamais rencontré Julius Hallervorden (1882 - 1965) au cours de la guerre. Il était d'ailleurs trop patriote pour recevoir des allemands pendant cette guerre. Après celle-ci, L. van Bogaert attire des chercheurs du monde entier à l'Institut Bunge. Ultérieurement, les laboratoires de recherche sont regroupés dans la Fondation Born-Bunge, financièrement indépendante de l'Institut Bunge. Parmi les sujets étudiés à l'Institut Bunge puis à la Fondation Born-Bunge figurent entre autres les encéphalites, les phacomatoses, les maladies neurologiques dégénératives héréditaires, les démences, les ataxies spinocérébelleuses et maladies métaboliques, avec une attention particulière accordée aux lipidoses et céroïdo-lipofuscinoses. L. van Bogaert est l'homme qui sait effectuer des synthèses et qui allie à merveille les principes de l'école française de neuropathologie, surtout vouée aux sciences anatomo-cliniques et hodographiques, et ceux de l'école allemande intéressée surtout à la structure des processus pathologiques. Au cours de sa carrière, il écrira 753 articles et décrira de nombreuses affections, telles la panencéphalite subaiguë, la xanthomatose cérébro-tendineuse (devenus la cholestanolose), la dégénérescence spongieuse du névraxe de van Bogaert-Bertrand (devenue la déficience en asparto-acylase), l'angiomatose leptoméningée non calcifiante (syndrome de Nyssen van Bogaert). L. van Bogaert sera le premier président de la Fédération Mondiale de Neurologie (1957 - 1965) et président de la Société Internationale de Neuropathologie en 1968. La Fondation Born-Bunge est devenue l'Institut Born-Bunge qui est situé sur le campus de l'Université d'Anvers. L'Institut comporte un département de neuropathologie et microscopie électronique, de neurochimie et du comportement, de neurogénétique moléculaire, de neurobiologie et de physiopathologie. Il y a également un laboratoire consacré à l'étude de la maladie de Creutzfeldt-Jakob en Belgique. Il faut ajouter à tout ceci que Mr. Van Bogaert était un grand humaniste, bibliophile et amateur d'art (dont la peinture de Rick Wouters). Il a légué ses biens soit à des institutions officielles, soit à l'Institut Born-Bunge.
© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2016 Medicopedia | Télécharger l'Application | Powered by JIMaroc