Dictionnaire médical


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abréviations S Sac Sacc Sacchar Sacr Sain Salm Salmonell Salp Salping San Sana Sang Sani Saph Sarc Scap Scapul Scar Schi Schist Schiz Scia Scie Science Scin Scint Scis Sclé Sclér Scol Scolio Scop Scot Seb Sebo Segm Segment Sept Septic Shif Sial Sibu Sidé Sidéro Sigmoïd Sign Signe de Sinu Sinus Siro Siru Sixi Soci Sodi Solu Solv Soma Somato Somi Soph Soud Sous Span Spas Spasm Spec Sper Sperm Sphi Sphinctér Sphy Sphygm Sphè Sphé Spin Spir Spiro Spla Splanchno Splé Splén Spon Spondyl Stad Stag Stap Staphyl Stapéd Stas Stat Sten Ster Sterco Stom Stre Strepto Stro Stéa Stéat Stén Sténo Stér Stéril Stérol Stéroïd Stéréo Sub Subi Subl Subs Suc Sudo Sudor Sueu Sueur Sui Suic Sulc Suns Supe Supr Supra Sur Sura Surc Surd Surf Suri Surj Surn Suro Surp Surr Surs Sus Sym Symb Symp Sympath Syn Syna Sync Synd Syndesm Syndrome Syne Syno Synovi Synt Syné Syph Syphil Syri Syring Syst Séba Sébo Sémi Sémio Sémé Séne Sér Séro Séru
Sueur fétide Sueur nauséabonde
Anatomie, endocrinologie et métabolismes, dermatologie, génétique - N. f. * sueur : du latin sudorem, de sudor [sudoro-], suer, relatif à la sueur. En principe, la sueur est inodore. Si une personne dégage une odeur nauséabonde par la bouche, les pieds, les aisselles voire tout le corps, il faut en rechercher la cause : hygiène générale pour le corps, buccodentaire pour l'haleine ... Mais il faut savoir qu'il existe des maladies ou dérèglements physiologiques capables de provoquer l'apparition de mauvaises odeurs. Ci-dessous un exemple qui n'est pas encore totalement élucidé, notamment en ce qui concerne les traitements.
La triméthylaminurie ou TMAU ou fish odor syndrome ou syndrome de l'odeur de poisson : * tri : du latin et du grec tri , trois ; * méthyl : du grec mêthe [métha-], alcool, en biochimie, se rapporte au méthane, CH4 et du suffixe -yl(e) qui, en chimie, désigne un alkyle, c’est-à-dire un alcane (terminaison -ane) qui a perdu un hydrogène ; * amine : les amines sont des dérivés de méthylamine que l'on appelait ammoniaques composés ; amine désigne un composé organique obtenu par substitution de radicaux hydrocarbonés (-ine) à l'hydrogène de l'ammoniac NH2 ; * urie : du grec oûron [uro-, urée, -urie, -urèse, -urétique], urine. La triméthylurie est une pathologie qui se transmet de façon héréditaire, selon le mode autosomal (donc le gène responsable - ou les gènes - n'est pas sur les chromosomes sexuels) récessif, c'est-à-dire que les 2 parents doivent porter les gènes mutés pour que les enfants soient atteints. Les généticiens ont identifié 2 gènes responsables : FMO3 et FMO4 (F pour flavine, M pour mono et O pour oxygénase) situés aux loci 23 et 24 du bras long du chromosome 1. Leur fonction est le codage de la FMO, flavine monoxygénase, qui va jouer le rôle de catalyseur dans le foie pour oxyder la TMA (triméthylamine - formule C3H9N) en TMAO : triméthylamine N-oxyde. Dans la maladie, ces gènes FMO3 et FMO4 ont subi une mutation dont la conséquence est la fabrication insuffisante du catalyseur FMO. Dans le foie, la TMA est insuffisamment transformée en TMAO, ce qui provoque, au niveau des sécrétions (sueur, salive, sécrétions vaginales, urine, haleine ...) cette odeur caractéristique de poisson pourri qui a valu à cette pathologie ne nom de syndrome de l'odeur de poisson. On estime à environ 1% les personnes atteintes par ce syndrome particulièrement invalidant, socialement parlant et les femmes semblent plus touchées que les hommes. Il existe des traitements plus ou moins efficaces, basés sur l'observation de restrictions alimentaires, notamment en ce qui concerne les précurseurs de la TMA (dont il faut réduire le plus possible le taux dans l'organisme), comme la choline et la carnitine.
Puer des pieds ; puer des aisselles : les deux ensemble, car les causes sont souvent les mêmes. Petit rappel sur la sueur : nous avons, sur toute la surface de notre corps, environ 2 à 4 millions de glandes sudoripares, dont le rôle essentiel est la régulation thermique. En effet, la sueur qui s'évapore puise de l'énergie sous forme de chaleur, ce qui refroidit notre peau, mais surtout le sang qui y circule dans les très nombreux capillaires. Il en résulte un rafraîchissement général de l'organisme. Transpirer est non seulement un phénomène normal, mais une excellente adaptation. En temps normal, nous rejetons environ un litre de sueur par jour, cette quantité pouvant dépasser un litre par heure en cas d'effort important par forte chaleur. Le problème se pose en cas d'hyperhidrose, c'est-à-dire de sudation excessive. Il n'y a pas de miracle . . . hygiène rigoureuse (une douche par jour est un minimum raisonnable), surtout par forte chaleur, et utilisation de déodorants mixtes, c'est-à-dire qui réduisent un peu la sudation. Pour les pieds, il existe toute une variété de produits dans les pharmacies, adaptés aux différents types de peau, de sudation ... Le talc est toujours très apprécié et efficace. Et si vous portez des chaussures de sport comme des tennis ou des baskets, sachez qu'un passage en machine à laver (à froid) une fois par mois ou tous les 15 jours ne leur fait aucun mal mais fait le plus grand bien aux pieds. Penser aussi aux semelles qui supportent toutes des lavages hebdomadaires.
© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2016 Medicopedia | Télécharger l'Application | Powered by JIMaroc