Dictionnaire médical


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abréviations S Sac Sacc Sacchar Sacr Sain Salm Salmonell Salp Salping San Sana Sang Sani Saph Sarc Scap Scapul Scar Schi Schist Schiz Scia Scie Science Scin Scint Scis Sclé Sclér Scol Scolio Scop Scot Seb Sebo Segm Segment Sept Septic Shif Sial Sibu Sidé Sidéro Sigmoïd Sign Signe de Sinu Sinus Siro Siru Sixi Soci Sodi Solu Solv Soma Somato Somi Soph Soud Sous Span Spas Spasm Spec Sper Sperm Sphi Sphinctér Sphy Sphygm Sphè Sphé Spin Spir Spiro Spla Splanchno Splé Splén Spon Spondyl Stad Stag Stap Staphyl Stapéd Stas Stat Sten Ster Sterco Stom Stre Strepto Stro Stéa Stéat Stén Sténo Stér Stéril Stérol Stéroïd Stéréo Sub Subi Subl Subs Suc Sudo Sudor Sueu Sueur Sui Suic Sulc Suns Supe Supr Supra Sur Sura Surc Surd Surf Suri Surj Surn Suro Surp Surr Surs Sus Sym Symb Symp Sympath Syn Syna Sync Synd Syndesm Syndrome Syne Syno Synovi Synt Syné Syph Syphil Syri Syring Syst Séba Sébo Sémi Sémio Sémé Séne Sér Séro Séru
Sueur Sueur apocrine Sueur eccrine
Anatomie, endocrinologie et métabolismes, dermatologie, génétique - N. f. * sueur : du latin sudorem, de sudor [sudoro-], suer, relatif à la sueur. En principe, la sueur est inodore. Nous avons, sur toute la surface de notre corps, environ 2 à 4 millions de glandes sudoripares, dont le rôle essentiel est la régulation thermique. En effet, la sueur qui s'évapore puise de l'énergie sous forme de chaleur, ce qui refroidit notre peau, mais surtout le sang qui y circule dans les très nombreux capillaires. Il en résulte un rafraîchissement général de l'organisme. Transpirer est non seulement un phénomène normal, mais une excellente adaptation. En temps normal, nous rejetons environ un litre de sueur par jour, cette quantité pouvant dépasser un litre par heure en cas d'effort important par forte chaleur. Nous avons deux types de glandes sudoripares : les apocrines et les eccrines.

Les glandes apocrines : (* apo : du grec apo [apo-], à partir de, avec la notion d’éloignement ; * crine : du grec ekkrinein [-crine, -crinien, -crinie], excréter), situées essentiellement dans la région anale, génitale et aux aisselles, reliées à un follicule pileux où s'abouche leur canal excréteur. Elles excrètent la sueur dite apocrine, visqueuse et d'une odeur particulière, dont on ne connaît pas encore de façon précise le rôle. Chez les autres mammifères, cette sueur apocrine contient des phéromones qui agissent sur le comportement social et sexuel.

Les glandes eccrines : (du grec ek-, ektos [ec-, ecto], au-dehors, à l’extérieur) sont les plus nombreuses - il y en aurait près de deux millions - et particulièrement abondantes sur la paume des mains et la plante des pieds. Les pores correspondent à la sortie de leurs canaux excréteurs et la sueur émise par ces glandes est inodore, contient essentiellement de l'eau et du chlorure de sodium et peut être très abondante en fonction de la température extérieure et de l'intensité de l'effort musculaire. Leur fonction est essentiellement la régulation thermique car la sueur, en s'évaporant, fait baisser la température de la peau, donc des capillaires et du sang qui circule.

© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2016 Medicopedia | Télécharger l'Application | Powered by JIMaroc