Dictionnaire médical


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abréviations S Sac Sacc Sacchar Sacr Sain Salm Salmonell Salp Salping San Sana Sang Sani Saph Sarc Scap Scapul Scar Schi Schist Schiz Scia Scie Science Scin Scint Scis Sclé Sclér Scol Scolio Scop Scot Seb Sebo Segm Segment Sept Septic Shif Sial Sibu Sidé Sidéro Sigmoïd Sign Signe de Sinu Sinus Siro Siru Sixi Soci Sodi Solu Solv Soma Somato Somi Soph Soud Sous Span Spas Spasm Spec Sper Sperm Sphi Sphinctér Sphy Sphygm Sphè Sphé Spin Spir Spiro Spla Splanchno Splé Splén Spon Spondyl Stad Stag Stap Staphyl Stapéd Stas Stat Sten Ster Sterco Stom Stre Strepto Stro Stéa Stéat Stén Sténo Stér Stéril Stérol Stéroïd Stéréo Sub Subi Subl Subs Suc Sudo Sudor Sueu Sueur Sui Suic Sulc Suns Supe Supr Supra Sur Sura Surc Surd Surf Suri Surj Surn Suro Surp Surr Surs Sus Sym Symb Symp Sympath Syn Syna Sync Synd Syndesm Syndrome Syne Syno Synovi Synt Syné Syph Syphil Syri Syring Syst Séba Sébo Sémi Sémio Sémé Séne Sér Séro Séru
Sclérose en plaques
Neurologie, médecine biologique - N. f. * scléro : du grec sklêros [scléro-, sclérose, sclérotique], dur ; se rapporte aussi à la sclérotique de l’œil ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques. La sclérose en plaques (ou SEP) est une "affection du système nerveux central caractérisée par un processus de démyélinisation localisé dans la substance blanche aboutissant à la constitution de plaques de sclérose et évoluant par poussées successives, plus ou moins régressives, survenant à intervalles irréguliers dont la durée est imprévisible." L'étiologie de cette maladie incurable reste inconnue. On soupçonne l'intervention d'un virus qui possède à sa surface une particule, proche de la myéline, et qui provoque la formation d'anticorps. Or ces anticorps ne font pas la différence entre cette particule virale et la myéline. Il en résulte une démyélinisation avec perturbation de la conduction des influx nerveux. Les symptômes les plus fréquents sont un tremblement intentionnel, un nystagmus, une ataxie, une dysarthrie, des troubles psychiques, entre autres. Cette maladie touche près de 60 000 personnes en France et débute entre 20 et 40 ans. On distingue 3 profils évolutifs : récurrent/rémittent (SEP-R), forme la plus bénigne, secondairement progressif (SEP-SP), forme la plus répandue, progressif primitif (SEP-PP), forme la plus sévère. Le traitement actuel repose sur la prescription d'immunosuppresseurs et/ou d'interféron bêta à partir de la deuxième poussée clinique. Actuellement on va vers cette prescription dès la première crise.
© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2016 Medicopedia | Télécharger l'Application | Powered by JIMaroc