Dictionnaire médical


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Abréviations S Sac Sacc Sacchar Sacr Sain Salm Salmonell Salp Salping San Sana Sang Sani Saph Sarc Scap Scapul Scar Schi Schist Schiz Scia Scie Science Scin Scint Scis Sclé Sclér Scol Scolio Scop Scot Seb Sebo Segm Segment Sept Septic Shif Sial Sibu Sidé Sidéro Sigmoïd Sign Signe de Sinu Sinus Siro Siru Sixi Soci Sodi Solu Solv Soma Somato Somi Soph Soud Sous Span Spas Spasm Spec Sper Sperm Sphi Sphinctér Sphy Sphygm Sphè Sphé Spin Spir Spiro Spla Splanchno Splé Splén Spon Spondyl Stad Stag Stap Staphyl Stapéd Stas Stat Sten Ster Sterco Stom Stre Strepto Stro Stéa Stéat Stén Sténo Stér Stéril Stérol Stéroïd Stéréo Sub Subi Subl Subs Suc Sudo Sudor Sueu Sueur Sui Suic Sulc Suns Supe Supr Supra Sur Sura Surc Surd Surf Suri Surj Surn Suro Surp Surr Surs Sus Sym Symb Symp Sympath Syn Syna Sync Synd Syndesm Syndrome Syne Syno Synovi Synt Syné Syph Syphil Syri Syring Syst Séba Sébo Sémi Sémio Sémé Séne Sér Séro Séru
Schistosomiase Schistosoma Schistosoma japonicum Schistosomiase artérioveineuse Schistosomiase asiatique

Schistosomiase Schistosoma Schistosoma japonicum Schistosomiase artérioveineuse Schistosomiase asiatique Schistosoma mansoni Schistosoma hæmatobium Schistosomose Schistosomiase urinaire Schistosomiase vésicale Schistosomiase de Manson Schistosomiase intestinale Schistosoma intercalatum Schistosomatidae Schistosome

Parasitologie pathologies infectieuses et tropicales, médecine biologique - N. f. * schisto : du latin schistus, du grec skhistos [schisto-], que l’on meut fendre ; * ose : du grec -ôsis [-ose], suffixe désignant des maladies non inflammatoires ou/et des états chroniques ; * ome : du grec -ôma, [-ome, -oma], maladie, corps, tumeur, tuméfaction ; * iase : du grec iasis, guérison. En médecine, le suffixe -iase est utilisé pour désigner un état pathologique. La schistosomiase (ou schistosomose) est une maladie parasitaire due à des vers du genre Schistosoma ou schistosome, appartenant à la famille des Schistosomatidae. Cette maladie endémique, qui se rencontre essentiellement en Asie, Afrique et Amérique du Sud est aussi connue sous le nom de bilharziose (du docteur allemand T. BILHARZ, 1825 - 1862) et concerne plusieurs millions de personnes.
Le cycle de développement des Schistosoma ou bilharzies passe toujours par un mollusque d'eau douce spécifique. Les larves passent ensuite dans l'eau et c'est elle qui devient contaminante. Les larves passent dans les vaisseaux sanguins, la vessie, l'intestin, le rectum, le foie, la rate, s'y développent en vers adultes de quelques millimètres de long. Les vers adultes ont une durée de vie qui peut atteindre quinze ans et les femelles pondent chaque jour des centaines d'oeufs qui passent dans l'urine et les matières fécales. Quand les larves pénètrent dans l'organisme humain en traversant la peau, on note de vives démangeaisons. Après une période de quelques semaines apparaissent des fièvres, une dysenterie et des plaques d'urticaire. Des analyses de laboratoires effectuées sur le malade à ce stade, révèlent de très nombreux éosinophiles et surtout des anticorps antibilharziens. Le traitement des bilharzioses repose essentiellement sur des antihelminthiques qui guérissent de la maladie en quelques jours.
On distingue plusieurs formes de schistosomiase, en fonction du ver parasite ou de l'organe concerné. Schistosoma japonicum [Chine, Philippines, Indonésie] provoque une forme dite artérioveineuse ou asiatique de schistosomiase qui se traduit par des anomalies sanguines graves (éosinophilie et toxi-infection), mais aussi une splénomégalie et une hépatomégalie (augmentation anormale de la taille de la rate et du foie), des dysenteries (diarrhées nombreuses et sanguinolentes). Schistosoma mansoni [Antilles, Brésil, Afrique noire, Égypte, péninsule arabique] est responsable de la schistosomiase intestinale ou schistosomiase de Manson, caractérisée par une atteinte de l'intestin et du foie. Il existe encore bien d'autres formes de schistosomiases, notamment la schistosomiase urinaire ou vésicale, dont le responsable est Schistosoma hæmatobium [Afrique, Proche-Orient] et qui se traduit par des troubles sévères au niveau de la vessie et de l'urine (hématurie). Enfin, Schistosoma intercalatum [Afrique centrale] est à l'origine d'une schistosomiase qui touche essentiellement le rectum.
© Georges Dolisi


< vers le menu principal Politique de confidentialité | Contact ^ haut de la page
© 2006, 2016 Medicopedia | Télécharger l'Application | Powered by JIMaroc